BILAN DU SNICS GUADELOUPE DE 2007 A 2010

Publié le par SNICS-FSU GUADELOUPE

 LOGO-SNICS_edited-800X525.jpg

Nous avons repris l’activité du syndicat après la visite de Brigitte Le Chevert (Secrétaire Générale) en mars 2006 et notre stage de nouvelle militante à Paris.

 

Les dernières élections professionnelles ont légitimé notre syndicat avec 60 % des votes.

Nous avons 4 élues à la CAPA : Rolande et Monique en titulaires et Patricia et Lydie en suppléants, et une élue titulaire à la CAPN : Patricia.

Nous avons des réunions du bureau académique une fois par mois au cours desquelles nous organisons nos actions.

Nous avons régulièrement tenu des réunions d’information syndicale. Ces réunions ont donné l’occasion à nos collègues de nous faire part des diverses difficultés rencontrées sur leur lieu de travail :

  • relation avec le CTR : qui refuse de considérer le nouveau statut infirmier de 2003.

  • relation avec les membres de la communauté scolaire : l’étendue des missions de l’infirmière est mal connue. Ceci génère parfois quelques malentendus quant à la prise en charge de l’élève.

  • problème d’effectif : Au regard des préoccupations de santé constatés dans notre académie les établissements scolaires manquent cruellement de personnel infirmier.

  • conditions matérielles : l’accès au téléphone n’est pas systématique et l’équipement informatique est obsolète voire inexistant.

  • problèmes de locaux : trop d’établissements disposent de locaux mal adaptés : vétusté, implantation géographique, aménagement, climatisation, insonorisation…

  • découpage des secteurs : Le découpage actuel ne correspond pas toujours à la logique du bassin de recrutement des établissements du 2e degré, conformément aux postes mixtes définis dans la circulaire de missions éducation nationale de janvier 2001 (collège + écoles de rattachement du collège).

  • travail dans les écoles privées : cette obligation est instaurée de fait au détriment de la santé des élèves des établissements de l’enseignement public, puisqu’une partie de l’effectif infirmier du public est détournée en faveur des l’enseignement privé, malgré les crédits déjà octroyés au privé.

  • reprise d’ancienneté : les collègues titularisées avant 2003 qui attendaient la prise en compte des années antérieures dans le cadre des mesures transitoires ont enfin été satisfaites.

  • promotion au grade supérieur : de nombreuses collègues constataient une stagnation dans l’évolution de leur échelon. Aucune liste des promouvables au grade supérieur n’était accessible aux infirmières et le tableau d’avancement au grade supérieur jamais publié. Les diverses actions menées par les représentantes SNICS à la CAPA ont permis de réviser les critères du barème d’avancement et de rétablir les collègues lésées dans leur droit légitime.

  • frais de déplacement : Au regard de l’étendue des secteurs, il est regrettable que les textes ne prévoient pas la prise en charge des frais kilométriques intra-muros par l’attribution de frais de déplacement.

 

Pour toutes ces préoccupations et bien d’autres nous n’avons pas hésité à réagir. Toutes nos actions se sont déroulées sous forme d’audiences avec M le recteur (au titre du SNICS ou avec la FSU : pilotage académique, intersyndical FSU) ou avec son secrétaire général.

 Nous avons échangé divers courriers avec le rectorat et accompagné des collègues lors de leur entretien avec la DRH et lors de la consultation de leur dossier administratif.

 D’autres actions sous forme de réunions intersyndicales, manifestations fonction publique, manifestation LKP, actions contrats aidés.

Nous participons aux instances de la FSU : bureau délibératif fédéral départemental (BDFD) et au conseil délibératif fédéral départemental (CDFD) de la FSU.

Nous siégeons au titre de la FSU dans diverses instances :

-  en titulaire au conseil de l’éducation national, (CEN)

-  à la commission technique paritaire académique (CTPA) 

-  au comité hygiène et sécurité académique (CHSA)

- en suppléant au conseil académique de la formation continue (CAFC),

- au conseil académique des œuvres sociales (CAOS).

 

Vous avez pu mesurer les résultats déjà obtenus sur bien des sujets, mais force est de constater que la lutte reste permanente. Sachez que notre motivation à faire régner le droit et l’équité dans notre profession reste intacte.

Publié dans PROFESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ROBELOT 29/10/2010 15:44



je lis avec beaucoup d'attention votre blog, je constate avec satisfaction que mes activités nourrissent votre actualité, il faut avouer que cela me manquait bref.


Ma question est simple, qu'entendez vous par le CTR  ne respecte pas le statut de 2003?


Merci de me répondre par le même canal.


Votre dévoué Patrick ROBELOT