Les infirmières scolaires hors de l'éducation nationale

Publié le par SNICS-FSU GUADELOUPE

Alors que nous savourons notre passage en catégorie A, une nouvelle menace nous attend....

Les travaux dans les ateliers sur la refondation de l’Ecole sont sur le point de s’achever.En effet, un rapport final doit sortir début octobre. Il sera la base des négociations qui doivent s’ouvrir sur la nouvelle loi d’orientation.

D’ores et déjà nous savons que les médecins de l’éducation nationale sont porteurs de propositions qui menacent l’existence des infirmières au sein du ministère de l’éducation nationale.

Tous ( les élus régionaux, les services de santé des grandes villes, les médecins de l’éducation nationale),plaident pour que la politique de santé relève d'’une coordination interministérielle et que la gouvernance ne soit plus assurée par le Ministre de l’éducation nationale.

Conséquence : Nous serons éjectés de l’éducation nationale

Eh oui, c’est le souhait de nos gentils médecins de l’Education Nationale qui souvent nous utilisent pour faire les visites de grandes sections, les fameuses enquêtes grandes sections. Maintenant ils veulent être nos chefs… ils n’arrivent pas à nous contrôler parce que dans certaines académies les infirmières font de la résistance.

our étayer cette orientation politique, le groupe de pilotage des ateliers sur la refondation, quasi-exclusivement médical, retient comme priorités pour la santé des élèves les bilans systématiques tout au long de la scolarité et une approche uniquement collective de l’éducation à la santé.

D'ores et déjà, nous appelons au débat chez les infirmières scolaires, nous aimerions connaître votre avis, laissez vos commentaires sur ce blog. Merci

 

 

Publié dans PROFESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article