MOBILISATION LE 8 NOV POUR LA CATEGORIE a

Publié le par SNICS-FSU GUADELOUPE

 

 

Du ministre de l’Education nationale à celui de la Fonction Publique : qui bloque  la revalorisation des infirmières de l’Education nationale attendue depuis plus d’un an ?!

Les infirmier(e)s de l’Education Nationale seront à nouveau rassemblé(e)s le 8 novembre à Paris à l’appel du SNICS-FSU et du SNIES UNSA Education

 

 

Notre profession au sein du système éducatif est porteuse d’une revendication légitime : le passage en catégorie A des infirmières de l’Education nationale comme leurs consœurs hospitalières.

 

En choisissant de consacrer leur carrière aux jeunes, nous sommes durement sanctionné(e)s par un déroulement de carrière beaucoup plus lent alors que notre niveau de qualification est identique. Une telle politique ne fait qu’aggraver  la pénurie. Plus de 1500 équivalents temps plein ne sont pas pourvus.

Bien que tout à fait insuffisantes puisqu’elles ne correspondent pas à une grille indiciaire de A type, les mesures obtenues par nos collègues dans la Fonction Publique Hospitalière n’en sont pas moins réelles et dévalorisent de fait notre profession qui se trouve une fois de plus disqualifiée.

 

A plusieurs reprises, le Ministère de l’Education nationale a différé la présentation de projets de reclassement devant intervenir avant le 1er janvier 2012 et nous attendons toujours le calendrier des discussions promis le 6 octobre 2011 par François Sauvadet, ministre de la Fonction Publique !

 

Pour la quatrième fois, à l’appel unitaire du SNICS-FSU et du SNIES UNSA Education,  nos collègues révolté(e)s par cette discrimination récurrente se rassembleront place du Bataillon du Pacifique Paris 12ème, métro : Bercy le mardi 8 novembre 2011 à partir de 13 heures.

 

Le SNICS FSU et le SNIES UNSA Education tiendront une assemblée générale le mardi 8 novembre à partir de 10 heures dans les locaux du SNUIPP, 12 rue Cabanis Paris 14ème, métro Glacière

Publié dans DANS L'ACTION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article